Mes 3 Premières Leçons D’Entrepreneuriat

Cette année, j’ai pris la ferme décision de me lancer dans l’entrepreneuriat. Tu dois te demandes probablement ce que je fais ? Alors non, je ne vis pas de mon blog. J’aurais pu mais après avoir longtemps tenu un blog mode/lifestyle j’ai décidé de me stopper pour créer mon agence de marketing digital spécialisée dans le marketing d’influence et le social media marketing. Mon agence est – pour le moment –  basée sur internet et je me focalise principalement sur les influenceurs africains et/ou “de la diversité”, dans le but d’ajouter ma pierre à l’édifice dans le cadre de cette lutte contre le manque de représentation dans le marketing et les médias. L’agence se nomme Cocoa Agency et tu peux simplement cliquer sur son nom pour en savoir plus.

L’avantage que j’ai est que j’ai choisi une voie qui est – plus ou moins -simple pour le démarrage puisque c’est le genre de business dans lequel tu peux pratiquement te lancer sans dépenser “quoi que ce soit”. Toutefois, bien que cela puisse paraître assez simple de commencer, j’ai appris plusieurs leçons que je souhaite partager avec toi.

Pour être entrepreneur (se), tu dois être organisé(e)

Jusqu’ici, je travaille depuis la maison ainsi que partout où je peux avoir une connexion internet et charger mon Macbook (lmao). Si tu as déjà fait du home office, tu sais à quel point cela peut être un couteau à double tranchant. D’une part, tu as le confort d’être dans ton petit chez-toi et d’avoir tout à disposition. Tu peux aussi te permettre de faire quelques travaux ménagers pendant que tu travailles. Après tout, les femmes ne sont-elles pas multitâches ? Effectivement, nous pouvons faire plusieurs choses en même temps mais en tant qu’entrepreneur, c’est parfois contre-productif.  Il est vraiment préférable d’organiser sa journée entre toutes les choses que tu as à faire et ton travail afin de maximiser ta productivité et pouvoir être complètement disposé pour tes clients. En résumé, il faut savoir mettre une limite entre vie privée et professionnelle même quand on travaille à la maison et cela demande de l’organisation.

Pour être entrepreneur/se, tu dois être organisé/e Cliquez pour tweeter

Il n’y a pas de bon moment pour se lancer

Je sais. Tu as un projet et tu te dis que tu pourras te lancer quand tu auras terminé X ou Y autre truc. Tu te dis que ce n’est pas le bon moment ou qu’il faut attendre… FAUX, FAUX, COMPLETEMENT FAUX. On le lit et l’entend partout mais je vais encore te le répéter : il n’y pas de bon moment pour se lancer. Si tu veux le faire, lance-toi. Tu apprendras en cours de route.

Mon projet de me lancer en freelance et créer une agence digitale remonte à 2015. Oui, tu as bien lu : 2015. A l’époque je tenais un blogzine afro et j’avais commencé à organiser des événements beauté. Je venais de terminer mes études et j’avais une réelle envie de créer mon entreprise. J’ai posé un premier pas, sans réellement en poser un deuxième derrière. Puis, étant prise inconsciemment par la peur de l’échec si je me lançais toute seule, je me suis associée à une autre personne et finalement, nous n’avons pas beaucoup plus avancé que cela, pour à la fin chacune prendre son propre chemin.

Si tu veux te lancer... LANCES-TOI ! Tu apprendras le reste en cours de route. 👩🏾‍💻 #solopreneur #digitalentrepreneur #blogueuse Cliquez pour tweeter

Alors cette année, lorsque la vie m’a à nouveau confronté à mon désir de me lancer, j’ai saisi la perche qui m’était tendue. Ça m’a très vite payé et donné envie d’avancer de manière plus méthodique maintenant.

Tu dois connaître ta valeur

L’une des grosses difficultés lorsque tu offres des services, c’est de fixer tes tarifs. Que tu sois blogueur/se, créatif/ve ou entrepreneur/se digitale, ces métiers sont encore sous-estimés surtout ici en Europe. Tu dois savoir évaluer ton travail et le temps que cela te prend de le réaliser pour fixer tes tarifs. Il faut aussi savoir juger ton client et son budget. Il est clair que tu ne pourras pas demander la même rémunération si tu as affaire à une grande entreprise que si un indépendant en plein lancement de produit t’approche.

Il faut aussi savoir que plus tu es bon marché, moins on te valorisera. J’ai aussi appris à dire non aux opportunités qui ne me conviennent pas et à dire oui à des opportunités qui peuvent m’ouvrir de grandes portes mais pour une rémunération peut-être moindre. Le plus important étant de travailler pour des projets qui te plaisent et auxquels tu crois !

 

Voilà pour les premières leçons que j’ai apprises dans ce début d’aventure entrepreneuriale. Je continuerai de partager au fil du temps mes bonnes et mauvaises expériences et j’ai bien envie de savoir…

quelles sont tes propres expériences si toi aussi tu t’es lancé ?

Partage en commentaire.

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *